Les échinodermes

L’Oursin Grimpeur

De la famille des échinodermes, l’oursin grimpeur (paracentrotus lividus) a une bouche munie de 5 dents. Ses épines peuvent atteindre 4 cm. Elles sont violettes quand l’animal est vivant.
A l’intérieur de l’oursin, il y a la lanterne d’Aristote qui se poursuit par le tube digestif.
Il vit près du rivage, en groupe, sur les rochers, ou sous les posidonies.
L’oursin se déplace à l’aide de ses pieds ambulacraires (tentacules finies par des ventouses) qui se trouvent entre ses épines.
L’oursin se nourrit de minuscules déchets végétaux ; si on regarde bien la roche, on voit les marques des dents de la lanterne d’Aristote car il broute la roche qui est très riche en algues microscopiques. La femelle pond jusqu’a 2 millions d’œufs. Pendant ce temps, le mâle rejette son liquide séminal (spermatozoïdes) et si par hasard, cela rencontre les ovules de la femelle, cela forme un œuf qui se transforme en une larve qui donnera plus tard un petit oursin, suite à une métamorphose complexe.
L’oursin respire grâce à sa peau qui est perméable. Les échanges gazeux se font au travers de la paroi du système circulatoire.
L’étoile de mer, le homard et l’homme sont ses prédateurs.

L’Oursin Noir

Cet oursin préfère les surfaces verticales.
Son test atteint à l’age adulte un diamètre de 7 à 8 cm.
Les piquants sont très nombreux et très pointus.
Il se nourrit d’algues calcaires comme le lithophyllum.
Il ne supporte pas les eaux polluées et n’est donc pas présent dans les eaux trop fréquentées.
De toute manière, sa population n’est pas touchée par le ramassage, car ses gonades (glandes génitales) contiennent un pigment amer et ne sont pas comestibles.

L’Etoile de Mer

L’étoile de mer, du latin Echinaster sepositus, appartient à la classe des astérides.
Elle vit sous les pierres. Elle se déplace avec ses tentacules (on dit plutôt des « bras ») qui ont des ventouses au bout.
Ses bras lui servent à monter sur les bivalves et les ouvrir pour en manger le mollusque ; elles entrebâillent légèrement la coquille avec leurs bras, afin d’y introduire leur estomac ; projeté à l’extérieur, celui-ci digère littéralement la victime au sein même de sa coquille.
La femelle rejette ses ovules et le mâle ses spermatozoïdes. Les œufs sont fécondés dans l’eau et donnent des larves qui vivent dans le plancton. Une seule étoile nait sur 1000 ovules et spermatozoïdes.
Elle avale l’eau par l’anneau oral, sépare l’oxygène et le dioxyde de carbone dans des canaux et rejette le dioxyde de carbone.
Elle détache un de ses bras. Si il ne se fait pas manger, il se développe et devient une étoile de mer.
Ses bras se coupent souvent, mais repoussent. C’est pourquoi ils ne sont pas de la même taille.
Elle n’a pratiquement pas de prédateur car sa peau et calcaire pas très digeste.

L’Holothurie

L’holothurie, du latin holothuria stelleti, ou encore appelée « concombre de mer », elle vit sur le fond, rampe ou s’accroche aux algues.
L’holothurie est un animal voisin de l’oursin (imaginez un oursin allongé) ; elle possède des plaquettes calcaires dans la peau qui durcissent ses téguments.
Elle se nourrit d’organismes microscopiques qu’elle détecte et ramasse sur le fond à l’aide de tentacules ramifiées près de la bouche. Elle absorbe le sable, ronge les algues et attaque même les proies animales lentes. C’est pour celà que sur le fond on a souvent un tortillon de sédiments à côté des holothuries.
La plupart des holohuries respirent par des tubes ramifiés ; la circulation d’eau à l’intérieur de ces tubes assure l’apport d’oxygène.
Pour se défendre, l’holothurie expulse une partie de son appareil digestif (sous la forme de filaments gluants) en direction de ses ennemis.
Les holothuries n’ont pas de prédateurs.
Des sortes de poches renferment les glandes génitales. Les sexes sont le plus souvent séparés, mais la couleur des glandes diffère selon le sexe.
Les holothuries se déplacent grâce à des ambulacres se terminant par une ventouse qui assure l’adhérence aux rochers et qui leur permet de se mouver sur des surfaces verticales.

Comments are closed.