Stage ORION du 2 au 10 août 2005 sur Grand Pavois

Jour 1
A mon arrivée sur le bateau Grand Pavois, tout le monde s’est présenté un par un : il y avait Ben comme skipper, Enzo comme équipier et comme stagiaires, Virginie, Morgane, Eliane, Myriam, Aurélie, Robin et Thomas. Ensuite nous avons fait la préparation des menus pour 6 jours, et sommes partis faire les courses. Nous avons bien rigolé quand nous sommes revenus au port avec les trois chariots remplis, les gens dans la rue nous regardaient de travers, mais heureusement c’était en descente, par contre pour les ramener c’était en montée mais ils étaient vides. Après, Ben et Enzo nous ont expliqué le fonctionnement de la vie sur un bateau avec ce qu’il faut et ne faut pas faire. Après tous ces efforts, nous avons bu l’apéro et nous avons préparé le repas. Nous avons fait (pas tout le monde ) un tour dans la Ciotat sur le port et en revenant nous avons bu la piña colada de Tom, avec l’équipage du Iluna, pas au complet. Nous nous sommes couchés vers 1h30.

Jour 2
Debout à 7h30 pour quelques-uns. Petit déjeuner puis douche à la capitainerie pour certains, préparation du voilier… et départ de la Ciotat aux alentours de 10h. La mer était agitée, ça bougeait beaucoup mais je n’ai pas été malade (nous n’étions que 3 à ne pas l’être) même si c’était la première fois que je montais sur un voilier. Nous avons navigué toute la journée pour, justement, nous éloigner du vent et aller vers des mers plus calmes. Vers 15h, nous avons mouillé à La Badine pendant 1h, pour se reposer et se baigner pour certains parce que l’eau était froide ; moi je n’y ai mis que les pieds. Nous sommes repartis en mer. Le soir, nous avons bu l’apéro, et Thomas a commencé à préparer le poulet au curry et ça sentait bon. Mais Iluna a eu un problème avec l’inverseur. Grand Pavois a remorqué Iluna jusqu’avant le port de Cavalaire. Les deux bateaux se sont mis à couple pour essayer de rentrer dans le port, mais ils n’étaient pas manœuvrables. A un moment, il y a un cordage qui s’est mis dans l’hélice de notre voilier, donc Enzo a dû se geler dans l’eau pour l’enlever. Après 3h de manœuvres impossibles, pour lesquelles nous pouvons féliciter Ben et Fred, nous avons débarqué au port de Cavalaire. Nous avons Enfin mangé à 23h30, en plus nous nous sommes régalés. Puis le rituel de la piña colada et au lit à 1h30.

Jour 3
Réveil à 8h30 mais pas pour tout le monde. Nous avons fait le plein d’essence et nous avons quitté Cavalaire. Malheureusement, Iluna est resté au port (les boules pour eux !). Nous avons enfin fait une rencontre, c’était un groupe de 5 stenellas, ils sont restés une dizaine de minutes, mais ils ne se sont pas approchés. Il y avait un jeune, c’était trop beau. Avant de manger, nous avons fait une traîne et on a bien rigolé, mais ça fait bizarre de ne rien voir en dessous à part du bleu (2000 mètres de fond), c’est assez angoissant. Le soir, nous avons mouillé à Cannes, mais il y avait de la posidonie et j’ai peur de ça. Tout le monde m’a poussé à aller dans l’eau et au bout d’un moment je n’y pensais même plus ; c’est un exploit ! Se laver dans la mer, ça m’a bien fait rire : j’ai adoré. Nous avons pris l’apéro, on ne change pas une équipe qui gagne, et Ben a joué de la guitare avant et après manger. C’est trop agréable, en plus, il joue trop bien. Il manquait juste les paroles parce que nous n’avons pas réussi à finir une seule chanson. Avec Robin, on s’est couché à 1h30.

Jour 4
Réveil à 7h30 pour tout le monde, pour prendre le p’tit déj ensemble et au mouillage. Nous avons fait deux rencontres de stenellas mais elles étaient furtives. Quelques dauphins se sont mis à l’étrave mais ne sont pas restés. Iluna a réussi à nous rattraper et nous avons de nouveau vu des stenellas qui faisaient des sauts, c’était trop chou (dédicaces à Eliane et Myriam). Avant l’apéro (le rituel), nous avons fait une traîne et il y avait des stenellas tout prêts mais malheureusement, ils ne se sont pas approchés. Lors du magnifique coucher de soleil, nous avons vu d’autres stenellas mais ils étaient loin et sûrement en train de dormir ; c’est chouette de voir les petits ailerons dans les reflets du coucher de soleil. Nous avons navigué de nuit pour pouvoir atteindre la Corse donc nous avons fait les quarts. Moi, j’ai fait de 1h à 4h avec Thomas et Virginie. Le ciel était rempli d’étoiles. Je n’ai jamais vu un ciel pareil, en plus il y avait plein d’étoiles filantes. Thomas nous a appris à regarder les constellations et j’ai vraiment passé un bon moment même si nous devions être vigilants aux autres bateaux.

Jour 5
Réveil à 6h30 parce qu’il y avait un rorqual. C’est vraiment impressionnant comme animal, c’est très grand. Nous sommes restés à côté de lui pendant une demi heure, après nous avons décroché. C’était un très beau réveil. Vers 9h, nous avons vu un groupe de stenellas, ils étaient une cinquantaine. Il y avait 4 ou 5 nourrissons, c’était trop superbe surtout quand l’un d’eux a sauté hors de l’eau. Pas longtemps après, nous avons de nouveau vu un rorqual qui nous a fait un super saut ventral dans les vagues d’un Ferry, et aussi un énorme « splash ». On ne se doute pas qu’un animal aussi « gros » soit capable de sauter ainsi, c’est un beau souvenir. Nous nous sommes rapprochés de lui et là nous avons eu droit à un beau « caca » de rorqual qu’Enzo s’est empressé de ramasser pour faire une surprise à Ludo. A peine 12h30 que la journée des rencontres continue. Nous avons vu des dauphins de Risso, il y en avait deux, un à l’étrave de notre bateau et l’autre a l’étrave d’Iluna. Ils nageaient tout doucement donc on a pu les mitrailler de photos. Ils se mettaient sur le ventre et nous avons vu que c’était deux femelles par leur fente mammaire. Il y en a un qui nous a fait un spy-hopping, une future star. Nous avons, là encore, eu droit a un beau spectacle. Enzo a essayé de faire une traîne avec eux mais les dauphins ne l’ont pas vu de la même manière et se sont éloignés, c’était vraiment dommage. Nous sommes arrivés en Corse vers 19h. Nous nous sommes baignés, lavés et évidemment, nous avons bu l’apéro. Grâce à notre ami Enzo, j’ai eu droit, avec Aurélie, à un petit bain de minuit forcé : pas évident de nager en jeans et en pull. Heureusement, l’eau était chaude. C’était vraiment une bonne journée avec beaucoup de belles rencontres. Avec Aurélie, nous avons dormi dehors dans le cockpit. Extinction des feux à 1h30.

Jour 6
Réveil à 9h00 pour moi. Nous reprenons le cap vers le continent. Vers 10h, nous avons rencontré un groupe de stenellas, qui sont restés à l’étrave pendant un moment. Je ne ma lasse pas de ces rencontres : ça fait le même effet d’émerveillement à chaque fois. Dans l’après midi, nous avons de nouveau vu des stenellas au loin mais nous n’avons pas cherché à les approcher. Nous avons eu droit à un coucher de soleil encore splendide. Nous avons pris beaucoup de photos et nous nous sommes trop pris pour des stars, c’était marrant. Nous avons mis le cap à San Remo en Italie. Nous avons commencé à voir de la civilisation au loin et quand nous nous sommes rapprochés des côtes, il y avait pleins de lumières, c’était beau mais il y a trop de gaspillage. Nous avons mangé une délicieuse « tartiflette » (merci Enzo) et nous nous sommes régalés. Arrivée au port de San Remo à 1h00. Les deux bateaux se sont mis à couple et Ludo, malheureusement, s’est pris la merde du rorqual, qui était bien restée au soleil, dans la tête (1-0 pour Enzo). C’était comique. Nous avons, pour certains, fait un tour dans le port. Il y avait des yachts immenses mais aussi de beaux voiliers. Nous nous sommes couchés vers 3h45.

Jour 7
Nous nous sommes levés vers 9h45.Nous avons préparé les menus des deux derniers jours avec regret parce que c’est passé trop vite. Nous sommes allés boire un café sur le port puis nous avons fait les courses. Nous avons, pour certains, fait un tour dans la ville : c’est très beau. Nous avons pris l’apéro (champagne s’il vous plait) sur Iluna. Nous n’avons pas pu repartir tout de suite en mer parce qu’elle était trop agitée donc nous sommes allés prendre une douche (2€50 la douche – un peu abusé) et ça a fait du bien, mais comme la douche était à 10 min à pied, le temps qu’on revienne, on transpirait déjà. Dans l’après-midi, à l’entrée du port, nous avons vu un yacht en train de couler. Tout l’arrière du bateau était dans l’eau, les gardes côtes italiens ont remorqué le bateau mais on ne sait pas comment ça c’est fini. On est parti à 17h45 du port, la mer était plus calme mais il y avait de la houle. Dans la soirée, nous avons croisé un groupe de stenellas. Ils sont restés un moment à l’étrave et certains se retournaient donc on voyait leur ventre. Ensuite, « c’est l’heure de l’apéro » : on n’en manque aucun, c’est bon pour la santé. Nous avons mouillé vers 00h45 à Cap Juan. Nous avons bu notre dernière piña colada parce que nous n’avions plus les ingrédients nécessaires. Nous nous sommes couchés vers 1h30.

Jour 8
Réveil à 8h30. Nous sentions que la fin du stage approchait donc nous avons bien profité de la journée. Nous avions la musique à fond et on a dansé comme des fous : on a bien rigolé. Nous avons fait trois rencontres de stenellas dont un groupe qui a beaucoup joué à l’étrave. Ils faisaient des sauts, des vrilles, c’était trop chou. En fin d’après-midi, tout le monde s’est plus ou moins isolé sentant la fin. Nous avons mouillé à Porquerolles et là, certains, dont moi, ont commencé à pleurer parce que c’était presque la fin du stage. Nous étions tous dégoûtés. Nous nous sommes baigné (avec encore de la posidonie !) et nous avons vu un poulpe et des étoiles de mer. Ensuite, nous nous sommes lavés mais on avait peur de passer à l’eau vu que l’objectif d’Enzo était de nous mettre toutes à l’eau. Pour moi, c’était déjà fait et il y aura vengeance. Le soir, Iluna s’est mis à couple avec nous et nous avons bien arrosé la soirée, on a fini toutes les bouteilles qui restaient, d’ailleurs il y a une personne, dont je ne citerai pas le nom, qui n’a pas bien supporté et qui a retapissé la jupe arrière de Grand Pavois. Nous avons beaucoup ri et pleuré parce que qu’on était une super bonne équipe avec des liens qui se sont crées très vite.

Jour 9
J’ai été réveillée par de l’eau parce que la mer était mauvaise et notre hublot était ouvert donc ça réveille de bon matin. Nous avons fait le bilan du stage et tout le monde avait les larmes aux yeux. Chacun a préparé ses valises, a rangé et lavé le bateau. A l’arrivée au port, nous avons sorti les valises sur le quai et on a rincé le bateau a l’eau douce. Nous avons un peu grignoté puis les parents ont commencé à arriver c’était l’heure des aux revoirs. Avec Ben, Enzo, Virginie, Robin et d’autres, nous sommes allés boire un verre dans un bar. Puis à part Robin et Tiphaine, tout le monde est parti. Aurélie et moi n’arrivions pas à partir du bateau, on était trop dégoûté. On a enfin décollé à 19h30.

J’ai vraiment passé un très agréable séjour. C’était une expérience super autant sur le point de vu des cétacés que sur les rencontres humaines. Merci mille fois de m’avoir donné la possibilité de faire cette aventure. Je vous dis à l’année prochaine.

Bisous ! Caroline (19 ans)

Comments are closed.